ACCUEIL arrow Textes inédits arrow Poésie    16-12-2017  
ACCUEIL
Textes Parus
Textes inédits
Biographie
Prix populiste
Vue d'ailleurs
Entretiens
Dessins et peintures
Liens
Contact
Poésie Copyright © Ada Ruata
Feu
*
Ce matin j'ai donné ma langue au chat,
Ce soir, qui sait, pour moi s'il la brûlera ?

*
Brûle mon sang du désir tien
Brûle ma vie à poursuivre la tienne
Brûlent les lettres que j'ai cru miennes.

*

Le feu du désir au fond de moi s'éveille.
Silence lourd d'août.
Et sur mon corps tes yeux par tes mains,
apaisés.

*

Brûlure des désirs
Morsure de l'attente
Langueur de nos nuits
sans fin.

*

De feux follets en fols amours,
De feux ardents en feux de paille,
Doucement elle se consuma.

*

De feu de paille en filles de joie,
De jeux follets en folle de toi,
Un grand brasier alluma.

*

Elle était tout feu tout flamme.
Il était tout fou tout femme.
Ensemble ils brûlèrent
Le La.
Renata Ada Ruata


Les anges déchus

Exclus du cercle des élus,
pour toujours ils le savent,
à la périphérie,
ils ont été jetés.

Du divin ils ont connu
l'essence, la beauté,
et la loi.
De l'humaine faiblesse
violence détresse,
ils portent les stigmates.

Entre une grimace et deux poings serrés,
du très-bas, de l'ornière, de la douleur,
ils s'acharnent à se relever, parfois,
en vain.

Déchus ils ont à présent
un corps
qui pèse.
Une âme qu'ils ont appris
à oublier.

En nombre du profond des cathédrales du siècle,
ils viennent.
La main tendue, ils sombrent
en crachant
sous l'oeil apeuré des statues
troublées et muettes.

Gabriel aussi se tait,
immobile,
sous ses ailes d'or déployées,
incrédule.

Et par une terrible nuit de décembre,
seuls, ils meurent
là où jamais ils n'ont pu exister.

Ada Ruata, décembre 2003


Origine

Strade bianche nel bagliore d’agosto,
Luogo delle origini dove riposa la morte.

Fra le tombe,
Le pietre l’erba grigia.

Soffocante calore
Madide pelli
Sieste ineluttabili
Persiane chiuse

Gelosie celate
Nel profondo dei valloni.

E tu Nonno che cammini
Verso il nulla.


Origine

Routes blanches dans la lumière d’août,

Lieu des origines où repose la mort.

Entre les tombes,
Les pierres l’herbe grise.

Étouffante chaleur
Moiteur des peaux
Siestes inéluctables
Persiennes closes

Jalousies tapies
Au creux des vallons.

Et toi Grand-Père qui chemine
Vers nulle part.

Renata Ada Ruata,


Terre de grand large

Terre de grand large
Portée par les vents
Qui offrent aux portes de tes ports
Un peu des archipels du monde.

Finistère qui rêve de retour
Aux sonorités de la langue des druides
Alors que tapies dans tes forêts antiques
Les chimères guettent le mal ancien.

Terre d’hommes intérieurs
Tournés vers l’inconnu
Avides de départ à jamais
Attachés au lieu qui les vit naître.

Peuple de marins muets
Dont les pas chancelants et les chants
Résonnent aux petits matins mornes
Des ruelles du bout de la Terre.

Peuple de femmes
Aux silhouettes nouées
Contre le jour à naître
Les bras chargés de pensées solitaires.

Terre de légendes
Qui s’invente un présent
Au fil des trains qui passent.

Renata Ada Ruata
février 2006


Là-bas

Cri aigu des mouettes
Sur le gris, insoumis.

Hautes murailles aveugles
Aux assauts des marées.

Roches tapies
Sous l’Émeraude, immense.

Sable étendu, étreinte
Odorante des algues.

Voies effacées
Des eaux réapparues.

Vagues profondes
Sous le ciel d’équinoxe.

Et le vent, toujours,
Au détour,
Qui t’attend.

Renata Ada Ruata



L’écrivain dactylo


Cliquetis touches

Perpétuel

Épuisement des textes.



Fin de ligne clink.

le chariot but

Qui n’arrive jamais



Barre

Espace des mots

À l’infini des temps.



Touches bâillonnées

À l’ombre des écrans

Bourdonnement oublié

Au terme d’un labeur

Eteint.



Source lumineuse

de pensées translucides

qu’à la fin on technicolore, ponctue, exclame

puis abandonne

à une nuit propice

Aux rêves éveillés.



Renata Ada Ruata


Instant

après-midi de décembre
rectangle bleui par la nuit
sur la table la farandole
des sucreries de couleurs
vapeur du thé
étale du temps

Renata Ada Ruata
janvier 2007




 
created by DiVoDiz © 2008. Tous droits réservés